jeudi 20 avril 2017

MINCIR AVEC PLAISIR - PERDEZ 7 KILOS EN 2 MOIS !

Pas de régime pour maigrir! On mange de tout et on retrouve une forme du tonnerre ! Méthode douce, naturelle et sans privations :
 Subliminal + IG + Chrono = Imparable ! 
(Affiliés : conversion facile)



VOICI COMMENT
J'AI MAIGRI DE 7 kg
ET ÉLIMINÉ BEAUCOUP DE CELLULITE
EN 2 MOIS SEULEMENTSANS JAMAIS AVOIR FAIM
ET COMMENT VOUS POUVEZ
EN FAIRE AUTANT
 
 Comment conserver pour toujours une silhouette agréable.

J'ai eu une enfance et une adolescence heureuses ; j'étais sportive, gaie, bonne élève. Je me suis mariée à 21 ans avec un gars formidable et peu après est né mon premier enfant, un fils : Nicolas.
Vous pensez bien que ce fut une grande joie, mais toute occupée par ce bébé, je dois dire que j'ai un peu mis de côté ma propre personne.

Alors insensiblement, petit à petit, sans vraiment y prendre garde, j'ai commencé à prendre quelques kilos. Il faut dire que pendant ma grossesse, j'avais arrêté de fumer car on sait bien que ce n'est pas bon pour le bébé si on fume ; et quand il est né, j'avais une bonne dizaine de kilos de plus qu'avant.
Je ne m'en suis pas inquiétée sur le moment, pensant qu'ils allaient disparaître avec le temps. Mais hélas, c'est le contraire qui s'est produit. Après la naissance de ma fille Caroline, trois ans plus tard, je pesais 21 kilos de trop par rapport à mon poids idéal. Et ensuite, je suis montée jusqu'à 30 !
81 kilos ! Parfois, je me demande comment j'ai pu me laisser envahir à ce point mais voila ce qui arrive lorsqu'on s'occupe exclusivement des autres et pratiquement jamais de soi-même. Sans doute que vous me comprenez, n'est-ce pas, surtout si c'est votre cas à vous aussi.
Bien sûr, je remarquais à l'époque que mes amis, certains membres de ma famille ou mes collègues de travail - en fait bien des personnes qui m'avaient connue mince avant mes grossesses - me regardaient avec un peu de compassion et que mon adorable mari était un peu moins empressé à mon égard.

Mais le vrai déclic, c'est mon fils qui me l'a donné.
Un soir, à la maison - il avait six ans à l'époque - il m'a demandé de ne plus venir l'attendre à la sortie de l'école, mais plutôt deux pâtés de maisons plus loin afin d'éviter les réflexions de ses camarades à propos de la silhouette de sa maman.
Ils me surnommaient "La grosse" et mon fils en souffrait énormément.
Waouh ! Ça vous fiche un coup, vous savez.
Mais ça vous fait aussi réfléchir. Heureusement, je n'ai jamais perdu mon caractère de battante si bien que j'ai décidé sur-le-champ de m'attaquer au problème.
POUR LIRE LA SUITE
(Cliquez ci-dessous)